Guidance Orthophonique

Guidance orthophonique au sein de l’équipe pluridisciplinaire

C. Trichet–Zbinden, A. de Buys Roessingh, G. Herzog , H. Martinez, P. Oger, V. Soupre, E. Galiani, A . Picard, M-P. Vazquez, J. Hohlfeld

 

Dans le cadre du traitement des divisions palatines, la participation systématique d’une orthophoniste spécialisée, au sein de l’équipe pluridisciplinaire, s’est généralisée. Cette présence  a  favorisé l’évolution de  la prise en charge globale des enfants. Notre intervention est devenue précoce, grâce à la mise en place de guidances parentales régulières. Leur objectif est de limiter la prescription de rééducation orthophonique de longue durée en favorisant l’aspect éducatif proposé grâce à ces ateliers.

Un des facteurs principal de cette évolution est le résultat de l’enseignement transmis par les psycholinguistes dans les années quatre-vingt. Ils ont montré l’importance de la période pré-phonatoire (avant l’âge de 12 mois). Cette période apparait comme essentielle pour l’acquisition et le développement de l’articulation des sons de la parole. Elle est aussi primordiale pour le développement cognitif de l’enfant.

D’autre part, nos connaissances des troubles liés à l’incompétence-vélo-pharyngée s’étant enrichies, nous avons souhaité intervenir précocement auprès des enfants et de leurs parents. Nous tentons ainsi, entre autre, de prévenir ou de limiter l’installation de troubles articulatoires graves et de phénomènes compensatoires. Ceux-ci sont, dans la majorité des cas uniquement dus à de mauvaises habitudes ou à des sollicitations inadéquates de l’entourage.

 

Notre expérience nous ayant amené à constater à quel point il est difficile de corriger ce type de troubles une fois installé, il est souhaitable de mettre en garde les parents le plus tôt possible pour les éviter. La précocité de notre action orthophonique repose et dépend, également, de celle de l’intervention chirurgicale sur le voile du palais. L’installation et le développement du langage doivent se faire à l’âge normal dans des conditions anatomiques favorables (possible grâce a la réparation chirurgicale précoce).

 

Les groupes de guidances

Trois sessions  seront proposées à des enfants de même âge et de même pathologie, accompagnés de préférence de leurs deux parents.

Ces derniers auront été prealablement sensibilisés par le chirurgien sur le role important du voile du palais pour l’acquisition du langage. Des explicationset des recommandations auront été données dés la consultation anténatale et lors des temps opératoires.

La première guidance   regroupe  4 à 6 enfants  âgés de 12 et 16 mois. Son objectif est de rassurer et d’informer les parents. Des explications sur le rôle du voile  du palais dans la phonation seront données clairement. Une fois assimilées, elles leur  permettront  de comprendre l’importance des exercices de souffle. Ceux-ci seront seront réalisés avec les parents et leur enfant et devront etre pratiqués quotidiennement au domicile.

Pour les memes raisons nous insisteront  également sur l’importance « d’apprendre  à boire a la paille » précocement. La mobilité, l’activité  du palais mou étant sollicitées grâce à ces activités, il faut les pratiquer regulierement et le plus tot possible afin d’optimaliser la competence velo-pharyngée. De même, des jeux faisant intervenir la participation des lèvres, de la langue et des joues, seront  proposés et expliqués.

D’autre part, l’enfant apprenant uniquement à parler grâce à sa propre expérience, et seulement sa propre expérience, on insistera  au cours de cet atelier de guidance sur l’importance du feed-back et sur la qualité et la quantité du bain de langage à fournir à l’enfant pour qu’il s’approprie au mieux la communication orale. On  parlera alors de l’importance du suivi O.R.L, expliquant le risque potentiel d’otites séreuses que peuvent présenter les enfants porteurs de divisions palatines ,et ses conséquences sur la qualité de l’audition.

Une bonne audition étant un élément capital  pour l’apprentissage de  la parole. Le rôle et la participation active des parents sont donc primordiales et indispensables.

Les deux sessions suivantes regroupent de préférence les mêmes participants entre 18 et 26 mois, puis entre 28 et 36 mois. Elles seront consacrées principalement à juger les acquis des enfants, à adapter les nouveaux exercices à leur possibilités, en cherchant toujours à mobiliser le voile du palais par des jeux plus directionnels et plus toniques. Le suivi O.R.L sera également surveillé.

On pourra fréquemment juger, à  ces occasions, leur  niveau d’acquisition de la parole, et la qualité des articulations produites dans le langage spontané. On estimera aussi  à l’oreille leur possibilités de fermeture vélo-pharyngée. Dans le cas d’absence de langage intelligible: jargon, en présence de troubles de compensation, ou encore de baisse auditive nette et handicapante, on orientera l’enfant, et seulement dans ces cas précis,  vers une éducation orthophonique précoce à effectuer près du domicile.

Ces guidances permettent la mise en place des recommandations essentielles pour développer la compétence vélaire et favoriser l’acquisition du langage. Lors de ces cessions un temps libre est toujours laissé aux parents pour les questions et les échanges. Bien souvent l’expérience des uns est utile au autres pour parvenir à l’obtention d’un exercice encore non réalisé. Il ressort de ces moments une dynamique très bénéfique, les parents ne  se sentant plus seuls face à certains problèmes.

La phonation est un élément capital dans les échanges inter-individus. Un handicap dans la communication orale s’avère difficilement accepté et toléré. De ce fait la participation précoce et systématique d’une orthophoniste spécialisée dans l’équipe pluridisciplinaire est pleinnement justifiée. Les acquis attendus des ateliers de guidance, restent neanmoins dépendants de la réparation chirurgicale du voile  au cours de la première année de vie.

Ces bénéfices devraient alors pouvoir se conjuguer à ceux obtenus grace au choix du meilleur moment pour intervenir orthophoniquement.Ceci est rendu possible par la comprehension et la connaissance du plan de traitement global par chaque membre de l’équipe.*On devrait alors logiquement constater une réduction du nombre et surtout la durée des traitements orthophoniques.

On pourrait même espérer une légère diminution des indications de chirurgie secondaires.

  1. Talandier C. Le traitement de l’enfant porteur de fente vélo-palatine : rôle de l’orthophoniste dans l’équipe pluri-disciplinaire. Réeduc Orthophon 2003 ;216 :p.43-52.

2 . Trichet C. : Pour le traitement chirurgical précoce. Glossa, n°5, 1987.p.14-18.

7. Mousset MR. Intervention précoce et recherche. Glossa,n°5, 1987.p. 6-11.

3. Mousset MR. L’acquisition du langage chez l’enfant porteur d’une fente palatine.Thése pour l’obtention du DEA de linguistique générale-Sorbonne Nouvelle Paris 1989

8. Baylon H, Montoya P, Pietrera P, et al.  La guidance phonetique des enfants presentant une division palatine. Glossa,n°22,1990.p.16-26.

5. Hohlfeld J, De Buys-Roessingh A, Herzog G,et al.   Prise en charge des fentes labio-maxillo-palatines au CHUV. Revue Médicale Suisse 2009: p.402-408.

4.Malek R. Cleft and lip palate.  Lesions, pathophysiology and primary treatment. London: MartinDunitz 2000.

6. Vazquez MP,Soupre V,Benateau JB,et al.  Les séquelles vélo-pharyngées dans les fentes labio-alvéolaires. Rev stomaol chir maxillofac 2007 .p.334-342.